POES

fly-expo-poes

POES est né à Paris en 1983, et grandit à la Défense, dont les tunnels et parkings deviendront vite son terrain de jeu.
Une enfance heureuse, sans télévision, mais peuplée de romans et de héros de bandes dessinées. 
La rencontre avec le graffiti, un peu par hasard au lycée, est décisive, devient une passion dévorante, vecteur de déjà plus de 15 ans de promenades insatiables aux 4 coins du continent, d’amitiés internationales et de liberté artistique, tant dans la forme que dans le choix des supports.
En opposition avec les clichés agressifs liés au graff, POES développe son style, facilement identifiable, aux formes rondes et colorées, sucrées et poétiques, et son univers, onirique et plein d’humour, avec un soupçon d’ironie, véritable remède à la grisaille contemporaine.
La peinture sur toile à partir de 2004 lui permet d’approfondir son travail de narration didactique et positive.
Après avoir participé à de nombreuses expositions collectives autour du mouvement graff/street-art, il est repéré en 2011 par la fondation montresso•, dont il est depuis l’un des invités réguliers de la résidence d’artiste Jardin Rouge à Marrakech.
Il présente en 2014 ses premières expositions personnelles, « Storytelling » à la galerie Wallworks (Paris) et « Un été pas comme les autres » à la galerie SBK (Lyon), puis en 2015 « Contes d’hiver » à la galerie Cheloudiakoff (Belfort), et « Divine Comedie » en avril 2016 au Jardin Rouge.
Son behance, son blogspot.

Nostalgie du futur, exposition au Module, du 10 septembre au 4 octobre :
Quête paradoxale, et douloureuse jouissance des souvenirs d’une enfance adulte, entre une utopie désabusée et une joyeuse mélancolie de l’inconnu chaotique à venir, la nostalgie du futur est la propension au pessimisme radieux d’un avenir qu’on sait perdu et qui déjà nous manque.
Östalgie de l’ouest ou Westalgie de l’est, la recherche d’un idéal, bien sûr inaccessible, de son « Heimat » encore inconnu, va de paire avec l' »Heimweh », le mal du pays, qui peut ne pas être le sien. La nostalgie d’un autre monde est le premier rêve de l’humanité.
Que restera t’il de nos idées ?

Vernissage de « Nostalgie du futur », samedi 10 septembre, de 18h à 21h en présence de l’artiste.
L’exposition sera ouverte tous les samedis de 16h à 19h, du 10 septembre au 4 octobre.