Du 9 juin au 2 juillet, « Golden Pill », une exposition de Rachid Bulbien alias OMICK au Module

Publié le: 03 juin 2016

Rachid « Omick » Bulbien  inscrit son nom sur les murs de Lyon à partir de 1997. Il est méticuleux et cohérent dans sa démarche et s’achemine progressivement du tag à l’illustration. Fidèle au support de la rue, il fraye le chemin d’une nouvelle école qui mêle les codes fondamentaux du writing à des influences variées et surprenantes.

Sur mur ou sur papier, Rachid « Omick » Bulbien met à profit la ligne claire d’Hergé, les obsessions de Robert Crumb, la noirceur des fonds abyssaux et l’exotisme des bestiaires oubliés. L’artiste crée du rire par l’association inattendue d’éléments hétéroclites, construit ses dessins comme un jeu. C’est un ton léger qui lui permet d’aborder les pensées les plus métaphysiques, quand il écrit par exemple en rébus les phrases du philosophe légendaire Hermès Trismégiste.
Peintre, dessinateur, il se sert aussi de la pratique de la gravure pour donner plus de mordant à ses images, qui sont d’une complexité gracieuse et exigeante.
Des murs peints dans les rues d’Athènes à ses dessins à l’aquarelle, Rachid Omick Bulbien distille un univers inspiré par l’exubérance contemporaine. D’au-dessus, le démiurge, contemple ses créatures protéiformes, monstrueuses de fatuité, gluantes d’obscénité qui fourmillent et se dorent la pilule dans l’enfer du quotidien.
A les regarder de près, elles en deviennent légèrement effrayantes, presque trop humaines…
Voir son tumblr : limonfertile